Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2010

Voyage en Salon

Le Goût de lire en pays d'Apt, avec notamment l'aide des Grains de lire, organise la deuxième édition du salon du livre sur le thème, cette année, du voyage. C'est du 26 au 29 mai prochain, à Apt, et on pourra y croiser Timothée de Fombelle (waouh !), Arno Bertina, Davide Cali, Patrice Favaro, Samira El Ayachi, Claudine Galéa, Marcus Malte, Maryvonne Rippert, Marie-Sabine Roger, et beaucoup d'autres...

 

 

La surprise de dernière minute, c'est que mercredi 26 mai, à partir de 17 h 30, Françoise Malaval, illustratrice, réalisera sous nos yeux un kolam.

Un « kolam » est un dessin tracé par les femmes avec des poudres blanches et colorées sur le sol devant les maisons en Inde du Sud. C’est
un signe auspicieux et de bienvenue. Il est exécuté tous les matins après avoir balayé et lavé le seuil. Si le soir, il est effacé, cela voudra dire que la maison est une bonne maison car elle a reçu beaucoup de visiteurs qui ont marché sur le kolam pour rentrer.

 

 

Le salon continuera ensuite avec à 19 heures une table ronde intitulée "Lire c'est important, vraiment important ?" avec plein d'auteurs et d'éditeurs dont Thierry Magnier et Tibo Bérard, qui dirige la collection Exprim'.

 



Sur une très bonne idée d'Hélène :-), L'Eau Vive tiendra le 27 mai un petit stand avec les livres des éditions Etre, puisque la maison d'édition fondée par Christian Bruel connaît de grosses difficultés.

 


Pour télécharger le programme complet, c'est là.

 

affsalon10.jpg

 

 

27/04/2009

Le Goût de Lire en pays d'Apt

afficheapt2.jpgPour fêter ses vingt ans, l'Association Le Goût de Lire en pays d'Apt propose, du 13 au 16 mai 2009, dans 4 lieux de la ville, le premier salon du livre en pays d'Apt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 auteurs/illustrateurs
8 stands d'éditeurs
ateliers, lectures, signatures, tables rondes, exposition

 


Vous pouvez télécharger le programme ici et pour vous mettre l'eau à la bouche, quelques noms ? Jeanne Benameur, Cathy Ytak, Antoine Dole, Insa Sané, Aurore Petit, Severine Thevenet, Rachel Hausfater...

 

19:37 Publié dans salons | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le goût de lire, apt

10/03/2009

Album-photo

Voilà quelques-unes des photos réalisées par Yolande sur la fête du livre de Saint Paul Trois Châteaux qui s'est déroulée en janvier. Des piles de livres, des enfants en casquette blanche devant Oscar Brenifier, un vieux monsieur absorbé par la lecture de la BD des filles, comme chaque année des enfants sous les tables et puis les retours.

P1000397.JPG

 

P1000424.JPGP1000427.JPGP1000448.JPG

 

 

 

P1000473.JPG

 

 

 

P1000475.JPG

 

P1000486.JPG

 

P1000499.JPGP1000502.JPG

 

 

 

 

P1000506.JPG

 

 

 

P1000508.JPG

10:56 Publié dans salons | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : st paul, l'eau vive

24/01/2009

La Fête du Livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Chateaux

Trop bon!


La semaine prochaine, du mercredi 28 janvier au dimanche 2 février, se déroulera pas très loin d'ici la 25e édition de la Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Comme chaque année, la librairie L'Eau Vive sera présente, aux côtés de trois autres librairies, proposant ainsi pendant plusieurs jours un fonds incroyable de livres pour enfants.



Vous pouvez lire ici les informations liées au salon et télécharger le programme. Vous pouvez aussi télécharger le programme des animations, et puis plus simplement venir le retirer à la librairie et en parler avec nous !

 

 

 

 

Affiche2009-150.jpg

 

 

 

 

 

Autour de Jeanne Benameur, seront présents 29 auteurs et illustrateurs, qui, pour l’équipe de la Fête du livre, représentent, chacun à sa façon, la thématique que nous voulons partager et interroger pour cette édition anniversaire…Mais de quoi se nourrit-on pour grandir ?

Sara, auteure de l’affiche proposera, à la demande de Jeanne Benameur, l’exposition sur le Salon, autour du thème des métamorphoses….encore une autre façon de se nourrir et de se transformer .

Qu’ils s’adressent aux plus petits ou aux plus grands, les illustrateurs ouvriront les portes de mondes colorés, saupoudrés d’humour et sucrés d’une pointe de tendresse, habités par des personnages qui dévorent ou dégustent la vie, et invitent le lecteur à regarder autrement tout ce qui l’entoure. Seront donc avec nous Adrienne Barman, Marie Caudry, Gauthier David, Valérie Dumas, Natali Fortier, Bruno Heitz, Emmanuelle Houdart, Martin Jarrie, Edouard Manceau, Audrey Poussier, Béatrice Poncelet et Hervé Tullet.

Pour les plus grands, (et même les très grands), les auteurs invités évoqueront les gourmandises de la vie mais aussi les peurs qui la dévorent ; ils raconteront les rencontres, les événements, toutes ces provisions qui nourrissent l’homme, le poussent à grandir, et à transformer son univers… Ils saisissent la vie par des mots simples et directs dans des romans, des contes, des poésies, des pièces de théâtre et nous inviteront dans leur univers: Oscar Brénifier, Davide Cali, Emmanuel Darley, Sylvie Deshors, Bernard Friot, Kochka, Philippe Lechermeier, Mathis, Susie Morgenstern et Fabrice Vigne.

Jean -Philippe Blondel, Guillaume Guéraud, Hubert Ben Kemoun, Lucie Land, Aurélien Loncke et Xavier-Laurent Petit seront aussi parmi nous. La force de leurs textes parus dans l’année a touché le comité de lecture et ils ont été sélectionnés pour participer au Prix Sésame, le prix coup de cœur des élèves de quatrième.

23/05/2008

Clichés et documentaires

194091251.jpgAux mois de janvier et février derniers avait lieu la 24e Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois–Châteaux. 

Micheline Verger, bibliothécaire jeunesse à la B.D.P. de Sorgues (dans le Vaucluse) a assisté aux conférences organisées lors des journées professionnelles autour du thème choisi cette année, la photographie et les clichés dans le livre jeunesse.

Voici le compte-rendu d'une rencontre qui a eu lieu le vendredi 1er février 2008.

 

Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois–Châteaux
vendredi 1er février 2008


Clichés et documentaires

Débat animé par Philippe-Jean Catinchi, journaliste littéraire.

 

Trois pistes de réflexions posées aux intervenants :

1-     Le rôle de la photographie dans le documentaire

2-    L’articulation texte/légendes, illustrations…

3-    Question de clichés, les idées reçues dans l’usage de la photographie

 

Valérie Tracqui, biologiste, directrice du pôle sciences aux éditions Milan jeunesse pour les collections : Patte ; Mini-patte ; C’est ma passion.

817995307.jpg Son objectif est de transmettre sa passion en mettant le documentaire en scène. En général l’éditeur commande un texte et va chercher les illustrations qui soutiennent le texte. Valérie Tracqui fonctionne au contraire à partir de l’image. Elle choisit 200 ou 300 photos et crée le fil. L’image est fondamentale dans la transmission de l’information. Pour elle, le texte ne doit pas répéter ce que dit l’image.

Un documentaire doit remplir des fonctions fondamentales : A qui ça s’adresse ? L’âge du lecteur doit être défini clairement. Quel est l’objectif : surprendre, émouvoir ? L’enfant doit trouver les bonnes sources de pilotage, à savoir de quoi on parle, où on va. Même si on est sur du zapping, il ne faut pas perdre l’information.

Elle fait remarquer l’importance du cadrage et son goût de travailler par doubles-pages. Un lézard qui attaque sa proie par exemple. Le lézard est beaucoup plus gros que la fourmi qu’il dévore. Le  cadrage est fait sur la gueule et la langue qui sort. Le lézard occupe le haut de la page de gauche (pour moitié) , la fourmi est sur la page en regard, dans un encart de petite taille en bas à droite.

 

Béatrice Decroix, responsable éditoriale aux éditions de La Martinière jeunesse.

427515634.jpg La photographie c’est une lecture du monde qui permet de sensibiliser, de réagir. C’est l’objectif de la collection Raconté aux enfants (comme par exemple, la Terre racontée aux enfants). La photographie permet de mettre en avant, d’aller au-delà de la réalité avec le zoom.

Dans sa collection Raconté aux enfants, un seul photographe est sollicité par titre.

Béatrice élabore en premier lieu un synopsis pour réfléchir au sujet traité afin d’envisager tous les angles d’attaque. Elle effectue ensuite le tri des photos. Souvent les photos sont en contraste du texte. Beaucoup d’allers-retours entre les deux étapes lui sont nécessaires pour peaufiner sa quête pédagogique. La photographie lui paraît essentielle pour faire lire des non lecteurs.

 

Marie Houblon, iconographe pour l’Agence Magnum, directrice de collection pour Autrement jeunesse avec la collection Mon cahier de mots, mon cahier de photos. Voir par exemple le titre  Au Cœur du combat

 
1705975420.jpgC’est une collection qui donne à voir des images qui ont parfois 60 ans. Ces images nous racontent le monde. Comment redescendre d’échelle, comment mettre les grands conflits à la portée des enfants ? Il faut choisir les mots du quotidien pour commenter la photo. L’image informe mais surtout sert à faire parler l’enfant, à l’interroger. Aucun enfant ne voit la même chose, de multiples sens se dégagent à la lecture des photographies. C’est avant tout ce qu’elle recherche, son objectif tend à élargir le regard du jeune lecteur.

En ce qui concerne le cadrage, la contrainte de travailler pour une agence fait qu’aucun recadrage n’est possible. Elle doit utiliser la photo telle qu’elle a été crée par l’artiste.

 

Béatrice Decroix, reprise de paroles autour de la question du cadrage :

Le texte vit seul, l’image aussi. Béatrice Decroix fait alterner une page de texte, une photographie, une double-page, une photographie…Elle recherche la non redondance. Par exemple dans son documentaire sur le développement durable La Terre racontée aux enfants, le texte pose les problèmes cruciaux, les photos montrent au contraire la terre sublimée. L’éditrice constate qu’en ce qui concerne le recadrage des photos, les photographes évoluent. Yann Arthus-Bertrand accepte par exemple qu’on mette du texte à l’intérieur de ses prises de vue, il accepte le zoom. Tout cela fait l’objet de concertations entre lui et l’éditeur.

1477111716.jpgValérie Tracqui, dans la collection C’est ma passion, aborde des sujets qui attirent les enfants tels que les serpents, les baleines mais elle aime aussi donner à lire des sujets plus rares, comme l’étude du ver de terre, malgré le fait qu’ils se vendent peu. C’est en interrogeant les enfants sur ce qu’ils souhaitent savoir qu’elle a construit ses livres : un chapitre documentaire, un chapitre pour rêver, des fiches techniques, un chapitre sur les problèmes de l’animal présenté.

Béatrice Decroix et la question des clichés, des idées reçues.

Dans la collection Enfants d’ailleurs, elle constate qu’en géographie les représentations sociales sont marquées. Autrefois on présentait pour chaque pays des enfants très propres et bien souvent en dehors de leur cadre de vie réel. L’enfant était traité comme un objet exotique.

54484693.jpgDans La vie des enfants d’ailleurs, pour chaque pays, elle choisit trois enfants de milieux de vie différents. Elle ne se pose pas la question des clichés, et de la caricature. C’est avant tout une question d’équilibre. Les choix photographiques constituent la première étape d’élaboration  puis viennent  les illustrations dans un deuxième temps. Pour éviter les clichés, il faut choisir un photographe et un auteur qui ont vécu dans le pays présenté. C’est très important pour déterminer les couleurs. Tout est une confrontation de points de vue, il ne faut pas trahir la réalité.

Elle fait remarquer que les photographes sont chers par rapport aux illustrateurs. Le photographe est payé d’emblée et non sur les ventes du livre. Cela dévie la pluralité du regard. Ce qui serait idéal serait de consulter plusieurs photographes mais c’est impossible pour des impératifs économiques. Un livre jeunesse n’est rentable que dans sa réimpression .


1815709640.jpgPour Marie Houblon, la question des clichés pose aussi celle de la dureté des images. Le photographe est le témoin du monde. Ca n’est pas léger. Edulcorer c’est faire du cliché. Montrer la réalité aux enfants cela fait partie de la prise de risques éditoriale. L’éditeur doit beaucoup réfléchir sur ce qu’il est possible de montrer, jusqu’où peut-il aller ?

En conclusion elle dira que le lieu commun du cliché c’est faire de la photographie une illustration.

 

 

Notes de Micheline Verger, BDP de Sorgues

13/05/2008

La photographie, un art de la mise en scène

194091251.jpgAu mois de janvier dernier avait lieu la 24e Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois–Châteaux. 

Micheline Verger, bibliothécaire jeunesse à la B.D.P. de Sorgues (dans le Vaucluse) a assisté aux conférences organisées lors des journées professionnelles autour du thème choisi cette année, la photographie et les clichés dans le livre jeunesse.

Voici le compte-rendu d'une rencontre qui a eu lieu le mercredi 30 janvier 2008.

 

La photographie, un art de mise en scène

 

Rencontre avec trois photographes. 

-François Delebecque, photographe auteur de livres de jeunesse qui utilise principalement les techniques pour transformer le réel dans ses albums.

-Claire Dé, jeune illustratrice.

-Isabelle Simon dont le mode d’expression est le modelage et la photographie, un art de la mise en scène.

Isabelle Simon a commencé des études de communication et souhaitait devenir reporter. C’est à un voyage imaginaire qu’elle nous convie. Ce qui retient son attention, ce sont les postures des gens. Elle réalise des personnages en terre, des personnages naïfs mais plein de vie. Ce qui leur donne vie c’est justement la mise en scène. Ainsi un petit berger dans les Hautes Alpes avec un arrière fond de montagnes. Elle s’amuse à jouer des clichés, le maître nageur est un costaud crâneur, l’inspecteur porte l’incontournable imperméable…Isabelle a attendu dix ans qu’Olivier Douzou l’édite au Rouergue avec l’album très remarqué Des petits bonhommes sur le carreau. Isabelle s’interroge sur l’homme d’un point de vue social, culturel et géographique. Elle cherche à questionner le monde par le regard. Aujourd’hui, l’écologie est au cœur de ses préoccupations fondamentales.

Huit livres édités dont trois dont elle est l’auteur du texte. C’est Olivier Douzou qui a fait évoluer son travail vers le texte. Au départ ses albums n’en comprenaient aucun.

1443067289.jpgIl fait beau là-haut ? Isabelle Simon, éditions du Rouergue

 
 


Au bord de la piscine, pimpante dans son maillot de bain vert et coiffée d'un bonnet rouge, une petite baigneuse se montre sous toutes ses facettes : de loin, de près, de face, de dos, au soleil, à l'ombre, etc. Un album ayant pour cadre un environnement ludique et familier pour que le tout-petit appréhende l'espace dans toutes ses dimensions.

 

 

1373570285.jpgAu monde, Isabelle Simon, Thierry Magnier

Un enfant indigène et son rapport au monde et à la vie. De sa petite enfance à l'âge adulte, en passant par la vie de famille et sa relation avec les ancêtres...

 

 

 


1796410297.jpg François Delebecque se dit photographe traditionnel. Il a commencé à l’âge de quinze ans. Il met en scène pour donner à voir.

Ex : des bottes jaunes d’où émergent des algues qui prennent leur envol. Un galeriste lui avait demandé un travail sur la plage, il a retravaillé ses photos pour en faire un livre. Il dessine d’abord sa mise en scène, elle est simple comme un bateau qui navigue, puis on plonge dans l’imaginaire, le bateau navigue sur les rochers, s’envole…

399689980.jpgIl a réalisé tout un travail d’influence publicitaire, ce sont des légumes en équilibre sur des formes contemporaines, des légumes sublimés en sculpture contemporaine. François a eu l’expérience d’un roman photos chez Piranha. Son album sur les ours est une commande destinée aux adultes pour le centenaire de l’ours en peluche. Tout est traité en noir et blanc.. C’est un travail qui n’a pas abouti mais qu’il a repris plus tard pour donner naissance à un album. Le propos du livre est celui d’ours qui posent leur regard sur la vie des hommes.


1169022773.jpgAujourd’hui, on connaît bien François  Delebecque pour ses albums Les Animaux de la ferme et Les animaux sauvages. Des silhouettes noires à soulever qui cachent une surprise photographique. François met en scène un objet graphique qui se détache de la mise en scène composée.


La plage d'où les bateaux s'envolent, François Delebecque, Seuil
Les songes de l'ours,
François Delebecque, Thierry Magnier
Les animaux sauvages,
François Delebecque, Panama


 

1282859453.jpg Claire Dé, Une grande réussite éditoriale avec l’album Ouvre les yeux chez Panama. Claire Dé a bénéficié chez Brigitte Morel, d’une grande liberté de travail y compris dans le procédé de fabrication du livre. Elle avait publié au préalable un très grand album Big bang book, cartonné, spiralé qui permet au regard de partir dans tous les sens. Ouvre les yeux est plus intimiste, c’est un voyage intérieur.

817151020.jpgPour Claire Dé, la mise en scène du livre est essentielle. Elle a travaillé pour le théâtre avec une compagnie qui mettait en scène des objets. Lorsqu’elle conçoit un album, elle s’immerge totalement dans son sujet pendant un an. Elle cueille les choses au raz du sol, fait de l’intervention sur le terrain (équipée d’un sac à dos avec un atelier portatif). Le rôle du photographe est d’écrire avec la lumière, C’est la lumière qui donne vie. Ouvre les yeux est un livre silencieux, ouvert au bruit. Claire Dé aime à mimer les émotions dans son atelier et à prononcer des onomatopées sur ses images. Pour elle, le blanc dans la page est important. Il rythme l’album, offre du silence. C’est comme pour les textes à trous de la littérature. Ouvre les yeux donne l’illusion d’un nuancier de couleurs, les photos ont été réalisées en argentique. Ca pète au niveau des couleurs et de la lumière sans écraser le sujet.

Claire Dé parle de dramaturgie graphique, il incombe au lecteur de construire ses histoires.

Ouvre les yeux, Claire Dé, Panama
Big Bang Book, ClaireDé, Seuil jeunesse


Compte-rendu de Micheline Verger, bibliothécaire jeunesse BDP de Sorgues (Vaucluse).

18/01/2007

St-Paul-Trois-Chateaux

medium_affiche_thumb.jpgLa fête du livre de jeunesse de St-Paul-Trois-Chateaux aura lieu du 31 janvier au 4 février 2007.

10:34 Publié dans salons | Lien permanent | Commentaires (0)

23/11/2017

Le Gôut de Lire fait salon

afficheapt2.jpgPour ses vingt ans, l'association Le Goût de lire en pays d'Apt propose 4 jours de fêtes, du 13 au 16 mai 2009.

 

4 jours et 4 lieux pour résumer 20 ans de Goût de lire ...


19 auteurs/illustrateurs invités
8 éditeurs
Ateliers, lectures, signatures, tables rondes, exposition

 

L'inauguration du salon aura lieu le mercredi 13 mai à 18 heures à la salle des fêtes d'Apt.

Vous pouvez télécharger le programme ici

et pour vous donner l'eau à la bouche, quelques noms ?

Jeanne Benameur, Antoine Dole, Rachel Hausfater, Cathy Ytak...

 

01:02 Publié dans salons | Lien permanent | Commentaires (0)